TURPIN (Eugène). L.A.S. "Eug. Turpin", Les…

Lot 100
120 - 150 €

TURPIN (Eugène). L.A.S. "Eug. Turpin", Les…

TURPIN (Eugène). L.A.S. "Eug. Turpin", Les Sables d’Olonne, 31 mai 1919, 1 p. in-4, à Monsieur Armand EPHRAIM, propriétaire Directeur du "Cri de Paris", sur papier à entête 'Eugène Turpin Inventeur de la Mélinite et autres explosifs du canon de campagne' :


"Monsieur, bien que je n’aie pu encore m’expliquer ni comprendre la cause et le motif de l’hostilité que vous m’apposez ainsi qu’à mes travaux et revendications légitimes et à mes droits […], j'ai voulu vous éclairer en vous documentant le plus possible. Aujourd’hui je vous adresse ci-joint une chronique des tribunaux datée d’hier, sur les droits d’auteur de Donizetti remontant à 1868, sous l’Empire, il y a 50 ans […] ce qui vous démontrera le bien fondé de mes réclamations. Je pourrais également citer les poursuites contre les contrefacteurs de Rodin, pour le gouvernement, ce qui confirme mes droits contre lui-même. Tout cela vous permettra donc d'intervenir utilement et de faire rectifier l'article du "Cri de Paris" du 4 ct […]"


Le chimiste français Eugène TURPIN (1848-1927) est l'inventeur de la mélinite (de l'acide picrique stabilisé par pressage dans du coton), adopté par le gouvernement français en 1887 pour remplacer la poudre noire dans les obus. Accusé d’avoir vendu son invention à l'Empire allemand, Eugène Turpin fut condamné et incarcéré à Étampes, mais finalement gracié le 10 avril 1893 par suite d'une campagne d’opinion à laquelle participe Le Petit Journal. Il intenta également un procès pour diffamation contre Jules Verne, accusant le romancier de s'être inspiré de cette affaire pour son roman Face au drapeau (ce dernier, défendu par Poincaré, fut relaxé en 1897). Il semblerait qu'il soit donc en affaire cette fois avec l'hebdomadaire satirique et politique le Cri de Paris (1897-1940) après la parution d'un article satirique à son égard intitulé "La Foi et la Méfiance" du 4 mai 1919, remettant en cause l'efficacité de la mélinite et signalant un mystérieux télégramme annonçant un chèque de 25000 fcs envoyés à son inventeur…
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue
MILLON DROUOT
19 rue Grange-Batelière
75009 Paris
T. +33 (0)1 48 00 99 44
contact@millon.com


MILLON TROCADÉRO
5 avenue d'Eylau
75116 Paris
T. +33 (0)1 47 27 95 34
contact@millon.com