BROCA (Paul). Intéressante correspondance…

Lot 16
3 000 - 4 000 €

BROCA (Paul). Intéressante correspondance…

BROCA (Paul). Intéressante correspondance composée de 6 lettres autographes signées du Dr Paul BROCA adressées au Dr Eugène AZAM :


- L.A.S. "P Broca", Paris, 7 avril 1861, 3 pp. in-8 sur papier bleu au chiffre à froid : "Mon cher Azam, j'ai reçu votre manuscrit, et je n'ai pas encore eu le temps de le lire […] il est à peu près impossible que votre rapport soit fait et lu avant la fin du mois de sorte que vous êtes obligé de renoncer au dit rapport ou à la publication de votre travail dans le prochain numéro du journal de méd. de Bordeaux. […] Merci de votre prospection(?) anthropologique accepté avec reconnaissance pour l'Hova bien moins que pour le papou. Tous les renseignements que vous pourriez obtenir ou faire obtenir du Doct. Miller sur la population de Madagascar nous serait infiniment précieux. […] Je n'ai pas le temps de vous répondre aujourd'hui sur le cancer. […] PS Dans l'intérêt de votre candidature chirurgique vous feriez mieux de donner définitivement votre travail à la Société, quitte à le répudier(?) dans le journal de Bordeaux dès qu'il aurait paru […]"


- L.A.S. "P Broca", Paris, 2 mars 1872, 2 pp. in-8 sur papier crème au chiffre à froid : "… Je ne vous ai pas oublié mais les gens que j'ai mis à la besogne m'ont fait attendre. Je vous envoie une liste par pays […] Goubaux m'avait promis une liste des journaux de zootechnie et de zoïatrique elle n'est pas venue. Voulez vous de l'anthropologie , [s'ensuit une liste de qqs revues spécialisées] L'association française pour l'avancement de sciences est en progrès […]"


- L.A.S. "P Broca", Paris, 29 avril 1872, 5 pp. in-8 sur papier à entête du Laboratoire d'anthropologie, Ecole des Hautes Etudes : "…mercredi soir a eu lieu l'assemblée générale des fondateurs de l'Association française. Les statuts ont été adoptés, avec quelques légers changements […la première session sera organisée à Bordeaux...] Elle [la commission] espère que vous voudrez bien prendre une part active à l'organisation de la session. [désignation du comité local et des présidents d'honneur] Veuillez donc, mon chez Azam, vous mettre promptement en campagne. Je connais assez la rectitude de votre esprit pour n'avoir pas besoin de vous recommander de faire abstraction de toute considération autre que la valeur et l'honorabilité des hommes choisis dans toutes les parties, […] dans toutes les branches de la science. S'il y a comme je le pense en dehors des hommes de sciences proprement dits, quelques personnages éclairés connus pour leur dévouement aux choses de l'intelligence, banquier, armateur, industriel ou simple rentier, disposés à pratiquer le mécénisme à un degré quelconque, il serait bon de choisir au moins un ou deux noms parmi eux. […] Si vous jugez qu'il soit utile que j'aille faire à Bordeaux une conférence sur l'institution nouvelle et son importance, je pourrai m'échapper un dimanche mais cela ne sera sans doute pas nécessaire. Rassurez les membres de l'Association scientifique (dont je fais partie depuis sa fondation). Dites leur que la nouvelle association n'est pas la rivale de l'ancienne, mais son alliée, en attendant mieux. […]"


- L.A.S. "P Broca", Paris, 3 mai 1872, 3 pp. in-8 sur papier crème au chiffre à froid : "[…]M. d'Eischal(?) l'un des membres de la commission, un grand pontife du chemin de fer du midi, me charge de vous inviter tout particulièrement à vous mettre en rapport avec les ingénieurs de ce chemin de fer. Il compte beaucoup sur eux ; et il pense qu'il ferait souscrire, au moins comme membre, tous les ingénieurs de la ligne. Nous n'avons pas voulu fixer la date de la session avant d'avoir pris l'avis des Bordelais […] On dit qu'à ce moment la plupart des gens bonnes, du commerce, de la finance, ou de la propriété sont en villégiature. Mais plus tard, il y a les vendanges. Plus tôt ce serait difficile, attendu que la session de British Associates ne finit que le 31 août […] Comme il est question d'établir un observatoire à Bordeaux, nous avons pensé qu'une conférence astronomique serait bien accueillie. Elle serait faite par DELAUNAY. Et d'une . On m'a fait l'honneur de m'inviter à faire […] une conférence anthropologique. Et de deux. Enfin, pour la 3e, qui devrait se rapporter à une science appliquée, il a été question : de la direction des ballons par DUPUY de LÔME, de la fermentation par PASTEUR, de l'emploi du charbon des pins des landes dans la fabrication des aciers […]


- LA.S. "P Broca", slnd (c. 1872), 4 pp. in-8 sur papier crème au chiffre à froid, adressée à Azam ? ("Cher ami") : "… Je suis allé deux fois chez DENONVILLIERS sans pouvoir le joindre ; aujourd'hui enfin je l'ai harponné à l'Académie […] Je l'ai trouvé inébranlable et je crois bien […] que votre cause soit perdue. […] On considère au ministère (c'est Den. qui parle) l'institution des prof. adjts comme mauvaise, et on désire les supprimer. [s'ensuit une longue explication de la sitatutaion des professeurs adjoints en fonction des différentes chaires de médecine et des villes, notamment Bordeaux…] S'il vous reste quelque espoir, je crois que vous ferez bien de venir montrer votre nez au ministre. [Il lui conseille enfin de ne pas donner sa démission par honneur]."


- Longue L.A.S. "P. Broca", slnd, 6 pp. in-8 sur papier de deuil à liseré noir : "… Votre lettre m'a embarrassé ; et m'embarrasse encore. Le papier dont je voulais vous parler est tellement délicat que j'éprouverais la plus vive répugrance à en entretenir tout autre qu'un vieil et bon ami comme vous ou Dennée. [Il lui demande la faveur de soutenir la demande de décoration auprès du préfet de Bordeaux pour son père Benjamin Broca, et lui demande la plus grande discrétion à ce sujet. Il en profite pour dire son rapport aux distinctions et sa conception de ce type de reconnaissance.]"


Originaire de Gironde, Paul BROCA (1824-1880) consacra ses premiers travaux scientifiques à l'étude du cartilage et des os, mais aussi du cancer, du traitement de l'anévrisme et de la mortalité infantile. Ses prolifiques recherches sur le système nerveux central furent suivies de l'étude du cerveau et la découverte du centre de la parole grâce à l'examen de cerveaux de patients aphasiques (notamment M. Leborgne, surnommé "Tan" d'après la seule syllabe qu'il était capable de prononcer). Excellant dans plusieurs disciplines, Broca fut également un précurseur en anthropologie physique ; il fonda la Société d’Anthropologie de Paris en 1859, la Revue d'anthropologie en 1872 et l'École d'anthropologie de Paris en 1876 et fit avancer l'anthropométrie craniale en développant de nouveaux instruments de mesure et de nouveaux indices numériques. (Sa théorie sur la petitesse du cerveau des femmes qui les rendrait moins intelligentes que les hommes a été démentie récemment par Catherine Vidal qui s'est basée sur le poids du cerveau d'Einstein bien moindre que celui de la moyenne des homme…) Broca n'eut certainement pas la postérité qu'il méritait malgré ses innovationsdans maints domaines scientifiques : c'est lui qui, par exemple, en 1859, présenta avec son collègue Eugène Azam devant l'Académie des sciences une intervention chirurgicale pratiquée sous anesthésie hypnotique.


Chirurgien bordelais à la chaire de clinique médicale de l'université, Eugène AZAM (1822-1899) s'intéressa particulièrement à la psychologie à travers notamment le cas de la patiente Félida, atteinte de trouble de la personnalité multiple et qu'il suivit pendant des années. Avec Alfred Velpeau et Paul Broca, il contribua à faire connaître en France les travaux de James Braid sur l'hypnose.


Inspirée d'une société anglaise fondée en 1831 (British Association for the Advancement of Science), l'Association française pour l'avancement des sciences (Afas) fut créée en 1872 par Claude Bernard, Paul Broca, Charles Friedel, Armand de Quatrefages, Charles-Marie Gariel et Charles Adolphe Wurtz - entre autres - afin de mettre en contact les chercheurs et de leur faire partager leurs recherches respectives. Reconnue d'utilité publique en 1876, elle reçut rapidement d'importants dons et legs et ouvrit très tôt ses portes aux érudits, curieux, banquiers et industriels, décloisonnant ainsi le savoir. Un congrès itinérant dans diverses villes de France et des "colonies" était organisé chaque année donnant lieu à des publications. De la première session à Bordeaux en 1872 à celle d'Alger en 1930, les actes des congrès représentent un corpus de plus de 50 000 pages regroupant plus de 20 000 communications de 6 000 intervenants environ. Elle fusionna en 1886 avec l'Association scientifique de France, fondée en 1864 par Le Verrier. Elle existe toujours à ce jour et est actuellement présidée par le chimiste Serge Chambaud.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue
MILLON DROUOT
19 rue Grange-Batelière
75009 Paris
T. +33 (0)1 47 27 95 34
contact@millon.com


MILLON TROCADÉRO
5 avenue d'Eylau
75116 Paris
T. +33 (0)1 47 27 95 34
contact@millon.com